Biographie

Posté dans : Uncategorized | 0

À ce qu’il paraît, nous pouvons savoir dès notre jeune âge ce que nous ferons plus tard… Je dois sûrement comprendre très lentement, car j’ai mis 34 ans à le découvrir !

Fureter longuement

J’ai abondamment cherché ce qui pourrait bien m’animer tout au long de ma vie professionnelle. Scruter me semblait être le meilleur moyen pour m’assurer d’aimer tel ou tel métier. Très exploratrice, voici un résumé de ce avec quoi j’ai flirté :

Après le secondaire 5, j’ai pris une année sabbatique pour travailler dans une librairie. Revêtir le titre de commis-caissière à temps complet durant un an m’a confirmé que je ne m’épanouirais pas ainsi.

Il fallait donc que je m’éduque. Voici vers quoi mes choix se sont dirigés : une technique de bureautique, un DEC en arts et lettres et une année en agriculture. Cette dernière m’a amenée à faire un stage de trois mois en France. À mon retour, j’étais un peu désespérée concernant mon champ d’études. J’ai donc pris une autre année sabbatique pour travailler dans une tabagie.

Court détour

Après un an de brume et de boucane, je voulais faire quelque chose où je me sentirais utile. C’est à ce moment que je me suis mis en équipe de deux pour créer une enfant ! Entre deux tétées, j’ai suivi des cours de graphologie, entre deux repas, des cours de calligraphie.

En cuisinant de bons mets savoureux et nourrissants pour ma famille, le goût d’être nutritionniste m’est apparu telle une bouée venant à mon secours. Enfin ! Je savais quoi faire de ma vie !

Pour accéder au cours de nutrition à l’université, on doit nécessairement passer par les sciences de la nature. Ce que je fis avec peine et misère (je croyais sincèrement que j’étais devenue complètement ignare et inintelligente). Après un an, je me suis rendue à l’évidence : mon cerveau n’est pas scientifique…

J’avoue… je suis une artiste

Déçue, je croyais pouvoir être « une femme sérieuse » et faire un métier dit normal. J’ai donc du accepter d’être une artiste (avec tous les préjugés qui viennent avec) et me suis dirigée vers les arts plastiques, où j’ai vécu une année de pur bonheur intense.

Le chemin à suivre

Après avoir assumé qui j’étais profondément, la vie m’a envoyé une série de synchronicités m’amenant à faire un diplôme d’études professionnelles en vente-conseil. À la fin de celui-ci, excellente élève que j’étais, le directeur m’a offert d’enseigner ce que je venais d’apprendre. Quelle bonne idée ! Être devant un groupe et créer de nouveaux exercices stimulants pour les étudiants me semblait être l’emploi rêvé (contrairement à la tonne d’emplois occupés temporairement). J’ai donc enseigné un bloc horaire de quatre mois que j’ai profondément détesté. Les étudiants n’étaient pas intéressés à entendre ce que j’avais à dire.

Sur la bonne «voix»

C’est alors que l’idée de faire des conférences, devant un public attentif, est née. J’ai donc écrit tout ce qui me passait par la tête durant quatre mois. En mars 2009, j’ai rassemblé soixante personnes devant qui j’ai présenté ma première conférence à vie. C’est alors que j’ai su que ma voie était celle de conférencière.

J’avais déjà les aptitudes pour parler devant un public et j’ai toujours adoré faire des oraux. Au primaire, durant trois années consécutives, j’ai remporté le premier prix du concours d’art oratoire du club Optimiste. À l’école, lorsque nous avions à faire des présentations orales, j’avais tellement hâte que mon tour arrive ! Les idées originales se bousculaient dans ma tête et sur papier.

Pense, écris, parle

Pour moi, l’écriture a toujours été un moyen facile de communication. Très jeune, j’ai commencé à correspondre avec un bon nombre de personnes, dont un prêtre avec qui nous nous écrivions en braille ! Écrire un texte de 500 mots en guise d’examen était un réel bonbon.

À ce qu’il paraît, nous pouvons savoir dès notre jeune âge ce que nous ferons plus tard… Avec du recul, je peux affirmer que oui. Je n’avais pas vu tout de suite ce que je pourrais faire, car je croyais que de travailler devait être difficile … Grâce à mon parcours sinueux, je me suis trouvée. J’ai acquis beaucoup d’expérience que j’exprime avec coeur dans mes conférences et mes écrits dans le but de vous faire du bien. L’introspection, l’humour et l’analyse font partie de mon quotidien.

Au plaisir de vous rencontrer et d’être bien là ensemble !


Tu aimes? Partage sur :